Le blog d’info d’Hervé Segata

Suipacha… The Argentine version of Brokeback Moutain (publié dans Gay Times – Avril 2009)
30 mars, 2009, 17:23
Classé dans : Argentine,Buenos Aires,Gay,gay Buenos Aires

gtapril091.jpg

 

 « Suipacha, a sensitive city » announces the welcome sign at the entrance of the town. More than a warning, it is a curious prediction of what awaits us in Suipacha, a small rural city located in the middle of the Argentinian Pampa, an hour and a half away from downtown Buenos Aires.   Suipacha is the South American version of “Brokeback Mountain”. Each weekend, the small town turns into the meeting point for gay “gauchos” (cowboys) from the surrounding area. Located on a remote, deserted road, beside an abandoned gas station, Zona X (pronounced “Zona Equis”) is one of the most bizarre gay clubs in Latin America.   

The place is a typical Pampa rancho, made of cement walls, capped with a corrugated iron roof, where a diverse and freaky fauna gathers: cowboys (gauchos) in traditional leather trousers just off their horses or tractors, young gay workers employed in the numerous agro-industry factories in the area, truck-drivers, transvestites with a dubious glamour, married farmers who decided for one night to leave their wife home… And an increasing number of trendy gays from Buenos Aires and foreign tourists (mainly Europeans and North-Americans) looking for new vibes and authenticity. This unusual crowd gets together in this obscure shelter, “a place where anything can happen”, a motto that is more than well-founded in Zona X.   The amicable atmosphere will quickly make you forget the swarm of insects that sometimes descend from the rafters or the unrefined decoration of the place. Facundo and Nacho, the adorable couple that owns Zona X, want to preserve the rustic energy of the place “to continue to attract a local and heterogeneous public and to keep the values and the originality of the club intact” explains Facundo. Musicwise, the club offers a wide variety of styles: electro, dance music, salsa, samba, and of course,cumbia a type of music that is very popular these days in Argentina. 

Apart from the dancefloor, the great attraction of the club remains the cueva, literally “the cave”, the darkroom where gauchos, truck drivers, and transvestites have their craziest sexual experiences. “After the club closes, frolicking often continues outside in the fields or in a nearby abandoned gas station” explains Nacho. It is an unforgettable show to see worn out transvestites, horny gauchos and sexy farmers wandering around in the budding dawn, in the middle of nowhere, desperate to find a body to hold.  The couple has an unending flow of stories to tell describing their clientele. From a university history professor who, each Saturday, turns himself into “Claudia”, a blond and wiry wigged transvestite, to a doctor who comes, no matter what the season, dressed with the same white tank-top and the same denim minishort. Not to mention Alex, a make-up artist who made a fortune in Miami and who decided to spend four months in the area just to devote all of his weekends to Suipacha, or Roberto, a superb amateur stripper who dances completely naked upon the bar, his shiny body totally covered… with cooking oil!   

Beyond being just a simple fun spot, Zona X is a true UFO in the panorama of Argentinean gay nightlife. In Argentina, the gaucho represents THE male figure, founder of a country which still has a strong and ever-present machismo. This small and distant rancho thus defies an important national symbol. Following the successful release of “Brokeback Mountain”, several newspapers mentioned the existence of Zona X, breaking the gay taboo of the gauchos and showing that the meadows of the Pampa, just like any other environment with a strong male presence (such as the the army or the church) is the scene of untold gay relations.   If you wish to savor the experience of the gay Pampa, take advantage of your stay in Argentina and hotfoot it to Suipacha. In addition to the beautiful landscapes, you will undoubtedly enjoy an original and unforgettable night!  

Information ZONA X :  Open Thursdays and saturdays.  Entrance fee : 10 argentinean pesos (2.50 euros) 

Drinks : from 8 to 20 argentinean pesos (from 2 to 5 euros).  How to get to Zona X from Buenos Aires ?  - By mini-van : Santoni Turismo : (011) 4865-5680 / 4861-3456 (departure from Alto Palermo shopping) 

- By bus : Line 57 A to Lujan/Mercédes – Reservation : 0 800 444 0273 / 02323-423637     (Departure from Plaza Italia)  - Accomodation in Suipacha : Alto Suipacha – Reservations : (02324) 48-1071 More information on : http://www.xzonax.com.ar/ 



Dernier tango á Buenos Aires (publié dans le magazine suisse 360° – Mars 2009)
7 mars, 2009, 20:35
Classé dans : Argentine,Buenos Aires,Gay,gay Buenos Aires,Non classé

 36084couv1501.gif

« Buenos Aires est sans doute la ville la plus gay-friendly d’Amérique du Sud ! » lâche Camilo, beau porteño (1) trentenaire. « Le contrat d’union civil existe ici depuis 2003. Et je vois de plus en plus de couples homos qui se baladent en pleine rue, main dans la main en » ajoute-t-il.  « Ici, les garçons sont virils, sensuels et sexy… Ce sont des mecs, des vrais ! » nous confie Franck, un steward français, fanatique de Buenos Aires, qui s’est acheté un pied à terre en plein Palermo.

Les vagues successives d’immigration essentiellement italiennes et espagnoles, mais également polonaises et allemandes, sont venues  se mêler aux amérindiens, habitants historiques du pays, générant une diversité « ethnique » inédite en Amérique du Sud. Résultat de ces mélanges, une des plus fortes densités de bombes sexuelles de la planète ! Sans compter qu’ici comme au Brésil, tous les hommes, gays et hétéros, sont soucieux de leur image et s’entretiennent dans les parcs et les nombreuses salles de gym que compte la ville.  Ce n’est pas le seul point fort de Buenos Aires. Á la fois moderne et conservatrice, la ville a de multiples atouts pour vous séduire. Palermo, le quartier « bobo » qui aligne une multitude d’énormes maisons du début du siècle, transformées en restaurants branchés à la décoration soignée ou en boutiques de mode dignes des quartiers les plus « hype » de Londres ou Berlin. San Telmo, l’un des plus vieux quartiers, et ses rues pavées, ses antiquaires et bars à tango. La Recoleta, quartier bourgeois dont l’architecture haussmannienne vaut à la ville le surnom de « Paris d’Amérique Latine ». Ou encore Puerto Madero, le quartier des docks et ses bâtiments industriels qui abritent désormais les appartements et les hôtels les plus chers du pays.  Coté gay, la large palette de sorties que propose la capitale argentine n’a (presque) plus rien à envier aux capitales européennes. Il y en a pour tous les gouts. Clubs électro et glamour ou les mecs se trémoussent torse-nu, soirées pop et punk festives où s’éclate la jeunesse porteña, salons de tango gay… Sans oublier une boite perdue en pleine Pampa, rendez-vous des gauchos gays, où la soirée bear qui réunit plus de 500 personnes chaque semaine. Pour les moins timides, plusieurs « sex bars » ont vu le jour. Et viennent s’ajouter aux vieux cinémas pornos, vestiges de la dictature militaire, époque ou la répression avait poussé les homos à trouver de nouveaux lieux de rencontre.    Avant de revenir à Buenos Aires, Camilo a vécu en Espagne. « J’ai adoré Barcelone. Mais paradoxalement, dans une société aussi ouverte, j’ai trouvé que les gens s’enfermaient dans un ghetto. Ici, c’est tout le contraire. La nuit gay porteña est très attachée à la mixité. Il n’y a d’ailleurs pas de quartier gay.» explique-t-il. Une mixité qui va parfois plus loin. « La bisexualité est ici plus développée. Même les hétéros sont plus ouverts à de nouvelles expériences » souligne Franck, qui se souvient encore d’une récente aventure avec un maçon qui travaillait sur un chantier voisin.  Autre caractéristique de la ville, l’humour des porteños. Au pays de Mafalda, c’est une composante nécessaire à toute relation sociale, que cela soit avec son mec, ses amis ou son boucher. « Malgré les difficultés économiques et politiques récurrentes que notre pays connait, on essaye de garder notre joie de vivre et notre énergie. L’Argentin est cynique mais jamais blasé ! » nous explique Carlos, jeune designer de San Telmo.  Last but not least, le taux de change hyper favorable (2) vous donnera un pouvoir d’achat qui vous fera oublier, pour un instant, que vous traversez la crise économique la plus violente de votre vie. Alors profitez des dernières semaines de l’été austral pour goûter à la chaleur de Buenos Aires…et de ses habitants !  (1) Porteño : nom donné aux habitants de Buenos Aires, de « puerto », le port. (2) Un Euro = 4,5 pesos argentins. 3 adresses gays incontournables à Buenos Aires. 

Zona X. En mal de sensation forte ? Direction, Suipacha ! A une heure trente de route de Buenos Aires, ce village planté en pleine Pampa est le point de rencontre des « gauchos gays ». La boite, Zona X, est une grange aménagée où se réunit chaque semaine une faune surréaliste : gauchos, ouvriers agricoles, camionneurs de passage, travestis, jeunes agriculteurs mariés… L’ambiance est conviviale et authentique. « Ici, tout peut arriver !» résume Facundo, l’un des propriétaires. Sur le dancefloor, sur le bar, dans la backroom (qui ne désemplit pas) et même dans les champs voisins. « C’est un peu notre brokeback mountain à nous ! » ajoute-t-il. Incontournable. 

Zona X, Ruta 5, km 128, Suipacha. (54) 9 11 6598 3483. Tous les jeudis et samedis, à partir de minuit. http://www.xzonax.com.ar/ 

La Plop / Ambar La Fox 

soirée Plop

Deux soirées, un seul concept : de la pop, de la pop et encore de la pop. C’est les rendez-vous préférés de la jeune génération de porteños, gays et lesbiennes, qui contrairement a leurs grands frères trentenaires, assument totalement leur sexualité. Ici, on s’éclate sur de la pop commerciale, latino et américaine. Sur la scène, spectacles rétro avec chanteuses décadentes ou chorégraphies punk délirantes se succèdent. Deux soirées qui sentent bon la liberté et le défoulement. L’entrée et les boissons sont très bon marché, en adéquation avec le budget de la clientèle, qui revient chaque semaine en plus grand nombre. Armez-vous de patience, la queue à l’entrée est souvent très, très longue. 

Fiesta Plop, El Teatro, Rivadavia 7806. Tous les vendredis, à partir de minuit.  Ambar la Fox, The Roxy, à l’angle des avenues Alvarez Thomas et Federico Lacroze, tous les samedis, à partir de minuit. 

La Marshall, milonga gay. 

nmqueertango03080424ssh1.jpg

Ne manquez pas le rendez-vous des fans de tangos à la Marshall, qui fut la première milonga gay et lesbienne de Buenos Aires. Tout les mercredis, un public d’aficionados argentins et de touristes novices se retrouvent pour danser au son du bandonéon. Vous verrez évoluez d’excellents couples sur la piste et pourrez aussi prendre votre premier cours de tango. Si vous ne passez pas votre temps à regarder vos pieds, vous pourrez même croiser les regards charmants de spectateurs, garçons et filles, prêts à pardonner votre style très approximatif. Drague douce et légère. 

La Marshall, Maipú 444 – Tel: (54) (011) 49129043 – (54) 9 11 54583423. Tous les mercredis 22h00. http://www.lamarshall.com.ar 


berbere kingdom |
Nëkwéta Surf Camp |
Pistes Africaines |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bucky, la warwickette!!!
| De l'autre côté ...
| Road Trip in Asia