Le blog d’info d’Hervé Segata
  • Accueil
  • > Archives pour novembre 2007

BUENOS AIRES ET SES GAYS : ENTRE DUR ET TENDRE (publié dans dans PREF Mag Nov. 07)
15 novembre, 2007, 23:54
Classé dans : Argentine,Buenos Aires,Gay,gay Buenos Aires,PREF

pref23.jpg 

  La dernière Gay Pride de Sao Paulo a réuni plus de 2 millions de personnes. A Buenos Aires, traditionnelle rivale culturelle et économique de la mégalopole brésilienne, ils n’étaient que… 10 000  à marcher pour la reconnaissance de leurs droits ! Une fréquentation qui peut surprendre dans une ville de trois millions d’habitants qui revendique ouvertement son statut de nouvelle destination gay à la mode…   

Indéniablement, un touriste gay  du « premier monde » (surnom teinté d’ironie donné ici à l’Europe et à l’Amérique du Nord), passera à Buenos Aires des vacances de rêve : des restos branchés de Palermo aux balades pittoresques dans le quartier historique de San Telmo, sans oublier un taux de change hyper favorable et quelques clubs gays garnis de mecs adorables et abordables. Et pourtant. Ce paradis pour occidental de passage ne l’est pas forcément pour l’homo argentin moyen qui vit sa ville au jour le jour. Au delà des premières impressions, Buenos Aires est encore bien loin d’être aussi ouverte sur les questions gays que Madrid, San Francisco ou que sa voisine Sao Paulo. 

rejajpg.jpg

Sous ses airs de modernité, entretenue par une reprise économique sans précédent, Buenos Aires est une ville où le machisme est encore omniprésent. Un machisme qui a réussi à s’immiscer dans la culture gay locale : les mecs sont hantés par la peur d’être assimilés à une « folle », la risée de tout un peuple. L’apparence et le « qu’en dira-t-on » régissent en permanence les relations sociales. A Buenos Aires, l’homo ne dérange pas s’il est masculin, viril et… discret. A quelques rares exceptions près (dont le notable « Pride Café », café situé au cœur de San Telmo), les lieux de rencontre gays n’ont donc pas pignon sur rue et se dissimulent derrières des façades opaques ou au bas d’escaliers discrets. 

thrownjpg.jpg

La capitale argentine entretient une dichotomie tout à fait inédite dans sa relation avec ses homos. Tantôt ville tendre et ouverte pour les touristes gays à fort pouvoir d’achat (dernier exemple en date, l’inauguration dans les prochaines semaines du fameux hôtel de luxe gay « Axel »). Tantôt, dure et froide avec sa communauté locale qui souffre d’une absence quasi-totale de visibilité politique et médiatique. En trois ans, une seule campagne d’affichage publicitaire, très sobre, a osé aborder ouvertement la question du SIDA et de ses répercussions sur la population homosexuelle argentine. 

Portée par une très jeune génération qui a soif de rompre avec la culpabilité traditionnelle de ses grands frères trentenaires, la tendance est néanmoins à l’embellie. Depuis quelques mois, des soirées à tendance punk ou électro ont vu le jour et réunissent chaque semaine des hordes d’étudiants qui se reconnaissent dans les tubes « pop gay » des Miranda (1), ou de l’Uruguayen androgyne Dani Umpi. « Guapo » (2), nouveau magazine gay moderne et accrocheur vient d’inonder les kiosques argentins. Buenos Aires accueille ce mois ci le Mondial de football gay, une grande première pour une capitale sud-américaine, et tout un symbole dans un pays qui vit le foot comme une religion. L’heure est à l’ouverture. Espérons juste que Mauricio Macri, le nouveau maire (très) conservateur de la ville, ne viendra pas entraver la mutation en cours.

  (1)   Groupe de pop argentin qui cartonne dans toute l’Amérique du Sud. 

(2)   Pour plus d’informations, http://www.guapodigital.com.ar 


berbere kingdom |
Nëkwéta Surf Camp |
Pistes Africaines |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bucky, la warwickette!!!
| De l'autre côté ...
| Road Trip in Asia