Le blog d’info d’Hervé Segata

BUENOS AIRES, SON TANGO, SES GAUCHOS ET… SES PORNOS ! (publié dans PREF – Sept. 07)
25 août, 2007, 23:57
Classé dans : Argentine,Buenos Aires,Gay,gay Buenos Aires,PREF

pref21.jpgBuenos Aires serait-elle en passe de devenir le nouvel eldorado du porno gay? Si on est encore loin de la productivité d’Europe de l’Est ou du Brésil voisin, le genre cinématographique est en plein boom au pays des gauchos. Les maisons de productions locales se développent et les « multinationales » du X américain changent d’hémisphère pour filmer leurs dernières productions.   

Premier facteur de cet engouement récent pour l’Argentine, un brassage de population qui donne l’une des plus fortes concentrations mondiales de bombes sexuelles au km2. Nul besoin d’une étude statistique de l’INSEE pour le savoir, une balade d’une demi-journée dans les rues de Buenos Aires vous en convaincra aisément. Les vagues d’immigration successives qui ont peuplé le pays, en provenance d’Italie, d’Espagne, d’Allemagne ou de Pologne ont généré une diversité « ethnique » complètement inédite en Amérique du Sud. Sur un même trottoir, vous croiserez des bruns ténébreux, des adonis blonds aux yeux clairs et des machos au regard de brute. Le culte du corps étant ce qu’il est dans ce coin de la planète, tout ce beau monde passe son temps en salle de gym, histoire de satisfaire un narcissisme latin souvent excessif. Plus surprenant, les hétéros se montrent souvent plus obsédés que les gays par leur image et leur physique. A croire que le terme metrosexuel ait été inventé pour décrire les jeunes mâles argentins… 

Deuxième atout de taille, un taux de change hyper favorable (un euro = quatre pesos argentins) qui rend acteurs et techniciens extrêmement bon marché dans un secteur ou le « cost killing » règne en maitre. N’est-ce pas avant tout pour des raisons de coût que les maisons de productions occidentales s’étaient ruées vers les pays de l’Est à la fin des années 1990 ? 

Dario Marxxx, le producteur de X gay le plus important du pays nous confirme la tendance : « Outre nos productions locales qui sont désormais distribuées sur le marché américain (1), plusieurs gros labels yankees comme Falcon ou Zane sont venus filmer ici. ». Sa jeune entreprise, American Top Argentina, a déjà édité quatre films, un cinquième est sur le point de sortir. Parmi les meilleures ventes, figurent « Une Nuit à Buenos Aires »(2001), le premier porno gay argentin jamais réalisé, et plus récemment « El cumple de Lucas », best seller du label, qui nous raconte la jolie fête d’anniversaire que ses amis offrent au beau Lucas.  Des productions qui apportent d’ailleurs un peu de fraicheur au genre. Contrairement au X américain, qui compile souvent des scènes d’ « action » sans lien entre elles, les productions argentines réhabilitent la portée excitante du scénario. Toutes les scènes sont donc reliées par un fil conducteur. Les dialogues dépassent les simples gémissements ou les « suck my dick » (« chupame la pija ») de rigueur. Et parviennent à rendre les protagonistes et leurs exploits encore plus excitants. Côté casting, on retrouve la variété ethnique du pays, et un style de mecs « réels », plus proches des productions françaises que des gym queens américaines ou tchèques. Cerise sur le gâteau, les acteurs donnent vraiment l’impression de s’éclater, ca nous change des blasés de Bel Ami. 

Le développement récent du porno gay se butte néanmoins à des difficultés qui reflètent la structure encore très conservatrice de la société argentine. «A l’inverse du marché américain où Calvin Klein, D-Squared et Abercrombie & Fitch se battent pour apparaître dans les pornos gay, ici il est impossible de trouver des marques de fringues ou des salles de gym prêtes à sponsoriser nos productions » raconte Dario. « Les marques craignent encore d’être pénalisées si elles sont associées à des produits destinés aux gays » ajoute-t-il. Autre obstacle, la recherche des acteurs. Le poids de la religion et l’homophobie qui en découle dissuadent souvent les candidats éventuels de se présenter aux castings. Les choses sont néanmoins en train de changer. « Pour notre première production, en 2001, un jeune mec, employé d’une maison d’édition catholique avait souhaité être filmé masqué. Ce même acteur sera la tête d’affiche de notre prochain film ! ». Votre bite dans une main et la télécommande dans l’autre, vous aviez connu les pentes neigeuses du Colorado, les pavés de Prague, les plages du Brésil…En route pour une nouvelle destination de charme : Buenos Aires, Argentina ! 

(1)   Pour l’Europe, il faudra encore patienter. A moins de commander directement les productions par le biais du site internet d’American Top Argentina : www.americantop.com.ar 


berbere kingdom |
Nëkwéta Surf Camp |
Pistes Africaines |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bucky, la warwickette!!!
| De l'autre côté ...
| Road Trip in Asia